Le chant des cerises

Expériences et conception en permaculture

Utilisations possibles du terrain annexe

Cet article poursuit la réflexion entamée sur les utilisations possibles du terrain annexe, dont les caractéristiques principales sont la présence de chevreuils, d’un sous bois sur la majorité du terrain, et d’une exposition ouest/nord-ouest.

Activités et productions compatibles avec les chevreuils ou le sous-bois

Ces activités sont compatibles avec la présence de chevreuils et du sous-bois. Elles permettent donc l’utilisation du terrain sans une intervention massive pour couper des arbres ou mettre une clôture anti chevreuils. Cependant, vu les caractéristiques désirables du terrain annexe (fertilité, eau, topographie), des arbres fruitiers seront également intégrés, prenant la place d’une partie du sous-bois.

Activités et productions compatibles avec les chevreuils ou le sous-bois. Légende : (✓) signifie que l’item est compatible dans certaines conditions
Activité/production Ss bois Chev Limites ou inconvénients Notes
Apiculture  ✓  ✓ Gestion des parasites, pertes de colonies, etc. Les abeilles peuvent butiner les plantes du terrain principal. Avec signalisation adéquate, peut protéger des curieux.
Aquaculture  ✓  ✓ Creusement du bassin, renouvellement de l’eau en été. Tire avantage de l’ombre. Peut être intégré à un système d’irrigation du terrain.
Myciculture  ✓  ✓ Période de récolte courte. Nécessite une vigilance constante pendant cette période. Tire avantage de l’ombre et de l’humidité.
Plantes résistantes aux chevreuils  (✓)  ✓ Spécifiques à chaque plante Particulièrement adaptées au sous-bois : Asiminier, ails des ours, groseilliers
Sylviculture  ✓  (✓) Si la conduite est en cépée, risque de dommages par les chevreuils sur les jeunes pousses. Possibilité d’utiliser la végétation spontanée pour bois d’œuvre ou de chauffage
Élevage  (✓)  ✓ Clôtures, eau, alimentation complémentaire, soins, … Espèces compatibles avec un sous-bois : cochons, chèvres, poules, dindons …
Lianes fruitières  ✓  (✓) Résistance aux chevreuils, ramassage en hauteur Les lianes utilisent l’architecture du sous-bois déjà en place. Les fruits placés à une certaine hauteur  sont inaccessibles aux chevreuils. L’interface du terrain avec les champs voisins permet une aire de ramassage aisé.

 

Plantes tirant avantage de l’exposition

Espèce tirant avantage de l’exposition du terrain annexe. Gelée=feuillage ou floraison sensibles aux gelées tardives; Été=Nécessite un été long et/ou chaud; Rust.= Températures minimales tolérées en ℃ ou par zone.
Espèce Gelée Été Rust.
Pécanier  ✓ -20
Kiwaï  ✓ z 4-6
Amandier  ✓ -15
Grenadier  ✓ -12℃ – -15℃
Plaqueminier d’Asie, variétés non astringeantes  ✓ z 7
Prunier du Japon  ✓  ✓ z 6
Cognassier, variétés comestibles crues (‘Aromatnaya‘)

L’exposition Ouest/Nord-Ouest permet d’avoir beaucoup de soleil, notamment lors du déclin du nombre d’heures de soleil après le pic de l’été. Cette situation peut être avantageusement utilisée en plaçant des espèces qui ont besoin de beaucoup de soleil pour mûrir leurs fruits. Les informations ne sont pas évidentes à obtenir, car par exemple pour des sources britanniques, un été chaud et long peut signifier un été français. Pour avoir une idée des besoins en soleil, on peut regarder les zones climatiques des espèces en question.

De manière évidente, les espèces méditerranéennes devraient demander beaucoup de soleil, mais il peut y avoir un problème de rusticité, d’autant plus que le terrain annexe est en bas de pente, partie la plus froide (et la plus humide, ce qui peut abaisser encore plus le seuil de tolérance).
Moins évident, certaines espèces nord-américaines peuvent être très tolérantes au niveau des températures minimales, mais également très exigeantes en température, ce qui les confine à la partie sud de notre pays. Ces caractéristiques un peu contradictoires doivent tenir de la situation plus continentale de l’Amérique du Nord, beaucoup moins morcelée et baignée par les océans que l’Europe de l’Ouest.

A l’opposé, certaines espèces sont sensibles aux gelées tardives, et un emplacement plutôt Nord permettrait d’échapper à ces gelées. Les plus basses températures allongeraient la mise en démarrage de la végétation (et de la floraison), qui nécessite suivant les espèces un certain nombre de jours en dessous d’une certaine température, qui se produirait dans des conditions plus clémentes. Le tableau ci-contre n’est pas exhaustif, et recueillera vos contributions avec grand plaisir.

Annonce: je cherche pour l'automne prochain des graines de variétés connues de feijoa, d'amélanchier, de goumi (elaeagnus multiflora), de chalef (e. umbellata), et de ragouminier (prunus tomentosa). Si vous avez la chance d'avoir de tels fruits dans votre jardin, vous pouvez aider notre projet, en prenant contact avec moi, merci !

Meta-données





Participez !

Balises HTML autorisées : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notify via Email Only if someone replies to My Comment

Flickr Widget